01 octobre 2017

Parce que l'histoire n'a pas de sens

Elle commence le spectacle dans un costume de Monsieur Loyal, haranguant le spectateur, façon bateleur à l'entrée du chapiteau. Elle termine chevelure dénouée et chemise déboutonnée avec une voix radoucie, sur le ton de la confidence. À l'oreille vous êtes passés du speaker des actualités cinématographiques aux interviews intimistes de Mireille Dumas (pour les français) ou Régine Dubois (pour les belges). Pendant 1h20 Anne-Marie Loop n'a cessé de changer de registre pour vous raconter le siècle passé. De la guerre de 14 à mai 68 en passant par l'Holocauste. 

Tenir la scène, seule, pendant 80 minutes, nécessite de l'endurance et des ruptures de ton pour relancer l'attention . Le dispositif scénique est minimal : un rideau rouge, quelques caisses en bois pour se poser, le tapis du chien qui l'accompagne sur scène, un micro et quelques musiques pour agrémenter et rythmer la représentation. Le monologue est une performance au profit du texte. Celui-ci n'est pas une simple ballade historique qui nous mènerait de la découverte de la pénicilline à "Come Together" des Beatles, de l'attentat de Sarajevo aux slogans de mai 68. Non, le texte de Patrick Ourednik est d'abord une interrogation de la notion de progrès. L'arrivée de l'électricité dans les campagnes, la locomotive à vapeur, l'eau courante et les sanitaires : le XXe siècle est celui de ces avancées techniques. Mais aux progrès de la science et des industries l'auteur mêle l'évolution des arts et des idées : vous croiserez l'impressionnisme, le surréalisme, l'existentialisme, le communisme  et la montée en puissance de la sociologie. Cela donne un joyeux fatras jubilatoire où le pire côtoie ironiquement le meilleur. Car le progrès au XXIe siècle engendre des monstres, le nazisme, bien sûr, qui occupe une place centrale dans le monologue, le nationalisme, le racisme, l'eugénisme, longtemps défendu par les savants les plus pointus, ou , dans un registre moins dramatique, la frénésie de consommation et l'acculturation des masses... 

Ce qui paraissait  le progrès de l'époque résonne comme une horreur vu de la nôtre. Et Anne-Marie Loop et Patrick Ourednik  de nous amener à nous poser la question du sens de l'histoire. C'est quand l'humanité croit marcher d'un bon pas vers un futur radieux où le soleil brille brille brille (le spectacle commence par cette chanson d'Annie Cordy) qu'elle déclenche les pires oppressions et catastrophes. C'est au nom du bonheur et du progrès de la race humaine que les esprits les plus éclairés déclenchent guerres et violences. De ce XXe siècle, analysé ici par un prisme uniquement  européen, on retiendra encore la libération sexuelle et la lente accession des femmes à la citoyenneté. Il n'y a donc pas eu que des horreurs. Mais ce retour sur un passé récent suffit à nous alerter sur ce qui nous attend au XXIe siècle. Du terrorisme, des guerres, du nationalisme, des scientifiques sans éthique et des philosophes sans empathie... 
Sur scène, on consomme et on jette les objets au fur et à mesure du récit  dans l'insouciance la plus totale, et cela finit par ressembler à une décharge, comme notre environnement. Peut-on se sortir de cette histoire, avec un grand H ? Non répond le texte.  Attendre la révolution cosmique du New Âge ou se tourner vers le bouddhisme  n'empêchera pas les adeptes d'être engloutis par leur époque. Parce qu'il n'y a pas de morale de l'histoire. Le siècle qui suit le précédent ne progresse ni ne régresse. L'homme ne va pas naturellement dans  le bon sens. Ni dans le mauvais. 

"Europeana, une brève histoire du XXe siècle " au théâtre des martyrs. Photo emprunté au site du théâtre. 

Après la décolonisation, la lutte des classes continue

Les noirs contre les blancs. Ou plus précisément une femme noire contre des hommes blancs. C'est la toile de fond de Boatala Mindele, texte de Rémi De Vos et mise en en scène de Frederic Dussenne, à l'affiche du théâtre de poche. Une toile de fond dont le propos est bien plus politique et sociologique qu'historique. Certes, le pays est nommé : nous sommes au Congo, la décolonisation, au moins dans son versant politique, est achevée. Les européens présents viennent de Belgique, mais ils pourraient, on l'imagine, aisément être français ou anglais. Nous sommes dans une période récente, celle où les intérêts européens reculent au profit des investissements chinois. Mais ce contexte historique n'est que la carrosserie de la pièce. Une fois le capot soulevé, le moteur est une dialectique du maître et de l'esclave alimentée à la fois par les pulsions sexuelles et par la lutte des classes. 
La femme noire, jouée par Priscilla Adade, est donc Louise, domestique au service d'un couple blanc installé depuis des lustres. Lui, Ruben ( Philippe Jeusette) est arrogant et cynique, raciste et blasé. Elle, Mathilde  (magnifique Valérie Bauchau) traîne l'ennuie des femmes de coloniaux. Ruben a trouvé le moyen d'égayer son quotidien en étudiant, hilare, les comportements de nouveaux venus qui prétendent s'installer dans la culture du caoutchouc. Il faut dire que les "nouveaux blancs" (Stephane Bissot et Daniel Van Dorslaer) sont d'une bêtise crasse et que leur incompréhension du Congo permet à Ruben d'organiser des "dîners de con" qu'il pressent mémorables.
Malheureusement pour lui la grande et la petite histoire  dérapent de concert. L'activisme économique des chinois perturbe l'ordre établi. Et surtout Louise, toute domestique qu'elle soit, suscite les désirs des hommes et des femmes, et entend bien en tirer le meilleur parti. Voici un personnage féminin qui se présente soumis au départ de la pièce et se révèle parfaite manipulatrice à la fin. À l'inverse Ruben qui croyait maîtriser ses affaires et son ménage se révèle impuissant dans tous les sens du terme. Autant il paraît odieux dans sa suffisance initiale, autant la scène finale le laisse fragile et philosophe. 
L'écriture de Rémi De Vos est tendue comme un arc, mais les flèches de cupidon, sont trempées dans le poison de la cupidité et de la domination. Les personnages masculins sont veules ou pleutres. Les caractères féminins vont de la greuluche écervelée à l'allumeuse intéressée. Difficile de s'identifier. Même si l'issue n'est pas aussi tragique,  cette combinaison de la séduction et de la domination sociale,  nous fait penser  à Mademoiselle Julie de Strindberg, comme si en transposant l'action au Congo, l'auteur avait inversé les rapports et offert aux femmes l'occasion d'une revanche (chez Strindberg Mademoiselle Julie séduit un valet de ferme, elle finira par se donner la mort).  
Pour réussir ce passage du vaudeville au drame, Frederic Dussenne a imaginé un décor de huis-clos qui ajoute à l'oppression. On ressort de la pièce sonné. Le désir sexuel, les rapports hommes-femmes, la décolonisation, le regard des blancs sur les noirs et inversement, la promotion sociale : tout cela reste d'une violence brutale. La culture, l'amour et l'égalité  ? écrasés par les rapports de force. Dans le Congo de Botala Mindele l'oppression est tour à tour  sexuelle, économique et politique ... dans le monde contemporain aussi,  pour peu peu qu'on veuille le voir. 

30 septembre 2017

Shaï Maestro sublime Petros Klampanis

On avait découvert Shaï Maestro aux côtés d'Avishai Cohen. On avait été bluffé par le modernisme de son trio programmé il y a quelques années au festival Jazz à Liège. On était impatient de l'entendre  dans une autre formule. 
On avait apprécié Petros Klampanis aux côtés de Sofia Ribeiro, chanteuse qui croise fado et Jazz, pour qui il assure une solide rythmique. On n'avait pas été déçu, loin de là, par la présentation de son album personnel "Chroma" à la Jazz-Station de Saint-Josse la saison dernière. On se disait que le revoir dans une formule avec cordes allait nous éloigner des pulsations jazz mais qu'il fallait tenter l'expérience. 
Shaï et Petros, Maestro et Klampanis, le pianiste virtuose israélien de Tel Aviv et le contrebassiste grec de l'île de Zkahintos,  tous les deux immigrés aux Etats-Unis s'entendent donc bien. Mieux. Ils sont visiblement en parfaite harmonie. Et nos oreilles se régalent de cette belle entente. Les compositions du grec (il s'agissait de rejouer son album) sont un terrain de jeu parfait pour l'israélien. On n'entend pas si souvent des pianistes tour à tour  aussi véloces que nuancés. Shaï Maestro conjugue la rapidité et la science du toucher. Il propose un son qui n'appartient qu'à lui avec des variations mélodiques qui nous rappellent les mélopées du Moyen-Orient. Une influence discrète, pas envahissante. Sur ses solos il  est parfois touché par une grâce et une sensibilité qu'on oserait presque comparer à celles de Keith Jarrett... Petros Klampanis, malgré quelques longueurs quand il est seul en scène, est un formidable contrebassiste. À l'évidence l'influence d'Avishai Cohen pèse sur les deux hommes. Mais si Klampanis n'a pas le charisme de la star Cohen, il n'a rien à lui envier dans la maîtrise de l'instrument et l'inspiration. Ses compositions sont solides, aux confluents du Jazz et de la World Music. Ensemble ces deux là vous offrent une musique simple, mélodique, accessible , riche ... On les imaginerait bien en duo. À la Jazz Station ils se prèsentaient avec un quatuor à cordes, ajoutant encore au lyrisme des compositions,  et faisaient parfois chanter le public,  Au dehors, la chaussée de Louvain, trottoirs ouverts et bitume enlevé  est eventrée sur des dizaines de mètres apres un profond écroulement, elle offre des allures de champ de bataille. À l'intérieur, contraste saisissant, les tympans présents goûtaient sereinement la joyeuse paix  que les belles musiques possèdent.


17 septembre 2017

Antoine Pierre acidifie son jazz à coup de boucles technos


On attendait la soirée avec une certaine curiosité. Parce qu'Antoine Pierre est le fer de lance de la jeune génération jazz belge et qu'il avait annoncé que ce projet là ne serait pas jazz, ce qui est un fameux teasing. Parce qu'on sait aussi que le jeune batteur sait fort bien s'entourer (Urbex regroupe le meilleur des musiciens trentenaires du plat pays, sa collaboration avec Tom Barman dans Taxi Wars, sans oublier une collaboration avec Philippe Catherine sont d'autres bons exemples) et qu'il a démontré, outre son aisance aux baguettes, de réels talents de compositeur. 
On attendait la soirée avec un certaine curiosité, et on était pas les seuls, le théâtre Marni affichant quasi-complet ce vendredi pour sa carte blanche. Autant le dire tout de suite : les amateurs de swing orthodoxe auront sans doute été décontenancés. 
Le concert s'ouvre sur une bande son, où, derrière les trompettes rétro, domine un speaker de radio américaine, années 50 ou 60. Les musiciens entrent et attendent têtes baissées, comme si s'éloigner du jazz autorisait tout d'un coup un semblant de mise en scène pop. 
Puis vient la musique. Ce n'est jamais facile de rendre la musique avec des mots sans faire de tort aux uns et aux autres. Imaginez une collaboration inédite où les mélopées chaloupantes  de Cassandra Wilson croiseraient des boucles technos dignes des Chemical Brothers, avec un soupçon d'esprit planant style Pink Floyd version Ummaguma... ou, si cela vous parle plus, Björk et Portishead prenant d'assaut Hellen Merril. 
Du jazz, le nouveau projet conserve la liberté et un espace pour l'improvisation. Du rock et surtout de la techno, il a récupéré l'énergie  et la puissance. Et cela donne une belle force à cette musique basée sur des boucles redoutablement  efficaces. Le projet doit beaucoup à Jérôme Klein, clavieriste géant, qui, en l'absence de bassiste, assure l'essentiel de l'ossature rythmique et mélodique. Sur cette base solide et efficace les solos très "Mike Stern" de Lorenzo Di Maio et les vocalises de la chanteuse d'origine hongroise Véronika Harcsa s'ajustent à tour de rôle, innovants. Seul le saxophone de Ben Van Gelder, au son si maîtrisé, et les ballets  ou baguettes d'Antoine Pierre nous ramènent au jazz dans son acception classique. Il y a de la tension, de la fougue, et le récitatif du comédien Martin Swabey sonnera comme un point d'orgue. 
Sur l'ensemble du concert on avoue une réserve sur les tempo les plus lents ... un peu classiques à notre goût, et sur la montée extatique improvisée qui faisait officie de deuxième rappel et qui semblait un peu facile ... mais on compense par un fort enthousiasme pour les morceaux les plus rapides, dont la vigueur et le dynamisme nous ont plus que séduit. 
Le principe d'une carte blanche est de proposer un concert unique. Les  deux caméras présentes et les objectifs disposés sur scène nous font espérer une trace vidéo. Et si Antoine Pierre avait l'idée d'emmener ce nouvel ensemble vers un studio d'enregistement, on ne pourrait que l'encourager. 




Pour vous faire une idée : Antoine Pierre a posté ce teasing  https://youtu.be/kWG2viEX2lM
Et mon confrère du Soir Jean-Claude Van Troyen dit ici son enthousiasme : http://plus.lesoir.be/114494/article/2017-09-16/nextape-une-fameuse-decouverte


30 juillet 2017

Un changement systémique

Nous sommes fin juillet
et le petit monde parlementaire prépare ses valises. Les plus rapides ont même  déjà sauté dans l'avion des vacances. Les plus besogneux prennent des cours de langues au Ceran. D'autres s'exhibent pour quelques heures encore à Libramont ou à Tommorow Land. Et pourtant tous n'ont peut être pas réalisé à quel point ces congés d'été marquent une césure. L'installation d'une nouvelle majorité  à la Région Wallonne  sans passer par la case électorale est une fracture  qui irradie bien au delà de l'Elysette. Le renvoi du Parti Socialiste, qu'on pensait jusque-là incontournable, n'implique pas qu'un changement de  gouvernement régional. Il est le point de départ d'une période d'instabilite (qui en politique comme ailleurs prépare l'arrivée d'un nouvel équilibre). Les prémices d'une réaction en chaîne dont nous ne mesurons pas encore tous les effets. 

D'abord à Bruxelles, même si Défi ne semble pas vouloir d'un virage à droite et préfère la continuité avec Rudi Vervoort à l'aventure avec les libéraux. La messe n'est pas complètement dite. La suite des auditions de la commission Samu Social (mais pouvons-nous encore y apprendre quelque chose ? ), la capacité du CDH bruxellois à se maintenir dans le gouvernement Vervoort, tout en conservant la confiance de ses partenaires, et le climat politique global décideront de la suite.

Le scénario reste incertain aussi pour la Fédération Wallonie-Bruxelles (ex- Communauté Frančaise ) qui reste étrangement en suspens. On imagine mal les démocrates-humanistes voter avec le MR en Wallonie et avec le PS en Federation tant ces niveaux de pouvoirs sont complémentaires et désormais institutionellement imbriqués par la double casquette d'Alda Greoli. Peut on sereinement croire qu'une  ministre évoque l'assistanat (un vocabulaire anti-PS d'inspiration très droitière ) le lundi pour discuter budget avec Rudy Demotte et André Flahaut le mardi et enseignement supérieur avec Jean-Claude Marcourt le mercredi ? Non. La rentrée de la fédération sera explosive. CDH et MR y mettront une pression maximale pour tenter de faire basculer la majorité. Socialistes et Défi résisteront. Les écologistes continueront de se faire prier sans vouloir prendre des responsabilités pour lesquelles ils ne s'estiment pas mandatés. La paralysie est prévisible mais risque d'être rapidement intenable. Le monde de l'enseignement, les parents, les artistes : les attentes sont nombreuses et l'inaction n'est pas une option. 

À cette instabilité francophone s'ajoute une perspective federale. En changeant de partenaire le CDH a sorti le Mouvement Réformateur de son isolement. Le front commun "anti Nva" qui avait fait de la coalition Suèdo-kamikaze l'ennemie absolue de la cause francophone a volé en éclat. Si en 2014 Benoit Lutgen avait catégoriquement refusé de suivre le MR à coup de viriles déclarations sur les plateaux TV, il en devient de facto l'allié aujourd'hui... et donc un partenaire plus que plausible pour une négociation avec les partis flamands. À l'inverse, avec une Flandre qui penche à droite, le PS semble aujourd'hui condamné à rester sur les bancs de l'opposition au moins à ce niveau de pouvoir. Il est déjà loin le temps où Elio Di Rupo incarnait la défense de l'unité nationale. 

Deux partis francophones dans une éventuelle majorité federale, c'est définitivement plus confortable... les chances de trouver une nouvelle majorité qui ne serait pas en rupture totale avec l'heritage du gouvernement Michel Ier sont moins minces aujourd'hui qu'elles ne l'étaient il y a un mois. L'auteur de ce blog fait partie de ceux qui pensaient que l'asymétrie de ces dernières années allait conduire à une autonomisation accrue de l'échelon régional. Reconnaissons que ce raisonnement doit être revu à la lecture des derniers événements : le fédéral et la wallonie ne jouent certes pas la même partition mais leurs petites musiques respectives seront moins dissonantes dans les prochains mois. 


Ajoutons, et ce point n'a peut-être pas été assez souligné, que les nouveaux partenaires wallons se sont lancés dans une ambitieuse réforme du système électoral. Une circonscription wallone, la fin des suppléances, le démantèlement des collèges provinciaux : autant de moyens de changer la pratique politique wallonne et de contrarier l'influence du PS. Enfin, la fin de la dévolution de la case de tête renforcera les candidatures individuelles au détriment des stratégies des partis (ce n'est pas forcément synonyme d'un accroissement de la qualité des parlementaires , mais on y reviendra). 

Bref, en juillet 2017 nous avons bien changé de paysage politique. Le leadership socialiste en Wallonie (large) et à Bruxelles (moins confortable) n'apparaît plus comme une tendance historique destiné à perdurer vaille que vaille. 

Bien sûr, nous n'en sommes pas encore là. Il ne vous aura pas échappé que CDH et MR ont assuré la promotion de candidats qui ont des ambitions maiorales (Willy Borsus) ou au moins communales (Alda Greoli). Que Paul Magnette ou Elio Di Rupo pour le PS ou Maxime Prévôt pour le CDH se repositionner sur des objectifs de proximité. C'est la séquence électorale qui l'impose. En 2018 les citoyens votent pour les communales. En 2019 (au plus tard) pour les régions et le fédéral. Le premier scrutin donnera le ton du second. Le PS se concentre d'ores et déjà sur les grandes villes. CDH et MR, ironie de leur positionnement, se livrent à un match dans le match pour les villes moyennes et les bourgades rurales. Les négociations qui se noueront au soir des communales seront capitales. Au PS, fort de sa position dans les grandes agglomérations on espere faire comprendre au libéraux que la violette reste une option possible. Au CDH on aura à cœur d'enrayer un effritement électoral constant, en pariant sur le sursaut que le contre-pied de Benoit Lutgen avait justement pour but de provoquer. Les démocrates-chrétiens ont beaucoup à perdre dans l'aventure. C'est,  finalement, à poids électoral constant, le Mouvement Réformateur, qui pourrait se retrouver en position d'arbitre. Être le principal bénéficiaire du changement d'attelage permet de partir en vacances le cœur léger. 

15 juillet 2017

Crise : le CDH et le coup des dominos

Un coup dans l'eau,
un coup de com, un coup de sang, un coup d'un impulsif à gros cou, mais surtout un coup mal pensé, mal préparé, mal ficelé, presqu'un coup d'amateur. Sur le changement d'alliance inopiné annoncé par Benoit Lutgen nous avons vu, lu, entendu, quantité d'analyses peu amènes. Paralysie, chaos, enlisement sont revenus comme des leitmotifs. 
Un mois après l'annonce cela vaut pourtant le coup de se poser un instant pour faire le point. Parce que les choses sont moins figées qu'il n'y paraît et que l'enlisement n'est que relatif. 
Mettons nous d'accord sur le point de départ. C'est bien un coup : coup d'état rampant ou coup de com, coup de Jarnac, mauvais coup ou bon coup, selon l'endroit d'où l'on se place, mais personne ne l'avait vu venir. Le CDH juge subitement le PS infréquentable et après ? Nous sommes à la mi-juillet et  les lignes bougent. 

Le parti Ecolo après avoir monopolisé l'attention sur la gouvernance vient de déclarer forfait. Il ne montera pas dans les exécutifs. Ni à Namur, ni à Bruxelles. C'est un premier éclaircissement. 
MR et CDH entament donc une négociation à deux pour la région wallonne. Il est probable qu'ils pourront aller au bout. Renversement d'alliance probable  à Namur mais pas à Bruxelles écrivaient les analystes... C'est là qu'intervient le deuxième coup du CDH. Celine Fremault affirme s'être fait doublée dans la gestion du Samu Social dont elle avait la tutelle et  décrète que cela suffit à rompre la confiance. Qu'importe que le coup soit tordu, moyennement crédible ou alambiqué. Le fait est là : le CDH ne veut pas rester en coalition avec le PS à Bruxelles non plus. Pour ceux qui douteraient, réécoutez Julie De Groote  sur BX1 qui évoquait dès vendredi soir  un "système socialiste"... si ce n'est pas une sortie concertée et une communication coordonnée je ne sais pas ce que c'est ... 

Ce second coup de canon n'est pas innocent. Il intervient après le forfait des écolos et alors que l'idée d'un maintien de la coalition bruxelloise faisait son petit bonhomme de chemin. Une semaine plus tôt les propos de Celine Fremault auraient été noyés dans la cacophonie. À ce moment précis, au lendemain du forfait des verts, ils ont pour effet  de faire tomber le gouvernement Vervoort. C'est une stratégie de dominos, où voyant les choses bien embarquées à Namur les centristes jouent quitte ou double sur Bruxelles. PS ou CDH, l'un des deux devra quitter la coalition régionale. 
La clef de la région bruxelloise est désormais dans les mains de Defi. Soit il privilégie l'accord de gouvernement passé avec le PS ... mais il devra convaincre les écologistes de remplacer le CDH, ce qui n'est pas gagné (la majorité garderait alors 42 sièges sur les 72 députés francophones). Soit il consent à s'embarquer dans une nouvelle coalition avec les centristes et le MR (soit 37 sièges pour les 3 partis). Dans le premier cas Défi joue sur la continuité de son action politique et la stabilité des institutions bruxelloises, avec un programme qui lui convient, et joue à l'aile droite. Mais il sera accusé de sauver le PS.  Dans le second il se retrouve à devoir négocier avec ses anciens alliés du MR, et on sait que ce divorce a laissé des traces, dans un rôle où il devra basculer sur l'aile gauche pour affirmer une position plus sociale que celle de ses potentiels  partenaires. Le parti d'Olivier Maingain n'a cependant pas tout à y perdre : il serait en position de réclamer la ministre-présidence bruxelloise en échange de son ralliement et s'offrirait une vitrine à la communauté française (pour un parti qui peine à s'implanter en Wallonie ce n'est pas si négligeable). Car MR-CDH-DEFI c'est aussi une majorité à la fédération Wallonie-Bruxelles (49 sièges sur 94), une manière de sortir de la crise par le haut et de répondre aux préoccupations communautaire d'Olivier Maingain (la presse est passé à côté de cette interprétation des propos du président de Défi : la stabilité de la fédération pourrait passer une responsabilité dans l'enseignement ou la formation pour son parti). Pour y arriver il faudra sans doute des discussions approfondies entre les amarantes et les libéraux qui pourraient ainsi se retrouver dans une situation délicate, alliés de la Nva au fédéral, en discussion avec les ex-FDF à la region... Quand Olivier Maingain met en avant le dossier du survol de Bruxelles il tape là où cela pourrait faire le plus mal. Ce coup aura donc un coût et il ne faut pas sous-estimer l'aversion personnelle qui subsiste entre les états-majors des deux formations. 

Impossible de dire aujourd'hui donc ce que privilégiera le parti d'Olivier Maingain. Mais laissez de côté les difficultés avec les partenaires bruxellois flamands : il est de tradition en région bruxelloise que les deux communautés négocient d'abord séparément avant de se retrouver. Si Guy Vanhengel a pu travailler avec Laurette Onckelinx et Rudi Vervoort il pourra aussi le faire avec Olivier Chastel, Didier Reynders et Vincent De Wolf. Et ne croyez pas que Pascal Smet abandonnera la majorité régionale si le PS francophone n'est plus là. Le plus compliqué est finalement de dépendre des néerlandophones pour les sujets régionaux les plus sensibles (il y a 89 députés au total). Bref le renversement d'alliance à Bruxelles n'est peut être pas fait mais il est crédible.  

La gestion et le commentaire de crise imposent de trouver le bon rythme. Le temps d'une négociation s'étire toujours plus que ne le croient les journalistes. Il faut que chacun puisse se positionner et s'exprimer. Qu'Ecolo fasse son tour de piste arrangeait tout le monde. C'est désormais Défi qui sera au centre de l'attention et pourra faire connaître ses conditions. Sauf qu'entre temps les contacts bilatéraux auront permis de tâter le terrain. Ces quatre semaines auront aussi permis de taper fort sur le CDH pour qu'il ne sorte pas renforcé de son coup d'éclat. Condition politique pour monter dans un attelage : ne pas paraître trop faible au moment où les négociations débutent vraiment. Le tempo médiatique qui veut livrer une nouvelle analyse, si possible définitive, jour après jour, n'est pas le tempo des négociateurs qui savent bien qu'il faut des semaines pour décanter une crise, faire oublier les petites phrases, se dégager des postures et de la pression. L'été est une période propice. Parce que l'attention du citoyen est moins forte. Parce qu'il y a aussi juste ce qu'il faut de moments symboliques pour emballer un rush final : la fête nationale du 21 juillet, ou la rentrée scolaire ... dans un pays qui a connu tant de crises gouvernementales, les plus impatients sont finalement les journalistes. 

Pour l'instant Benoit Lutgen n'a pas encore gagné son pari. Mais il est loin de l'avoir perdu. Au théâtre il faut frapper trois coups. Nous en sommes au deuxième. Le troisième viendra donc peut être d'Olivier Maingain.

19 juin 2017

Le(s) principe(s) de Benoit Lutgen

Physique de beau gosse, caractère combatif, regard ténébreux, voix de basse (pas autant que Denis Ducarme mais presque). Quand ils doivent écrire ou parler sur Benoit Lutgen les commentateurs politiques sont souvent démunis. La plupart ne le connaissent pas bien. Souvent ils ne l'estiment guère. Alors ils alignent les poncifs et les lieux communs : la ténacité ardennaise, l'homme au chien, le cauchemard de Charles Michel ou le brutus de Joëlle Milquet. S'il est difficile à cerner c'est parce que Benoit Lutgen ne laisse pas facilement approcher. L'homme est solitaire, cache quelques blessures profondes et n'a pas beaucoup d'estime pour le microcosme politico-médiatique de la capitale, qui le lui rend bien. 

Pourtant il en était bien de ce microcosme. C'était il y a une quinzaine d'années, une autre époque, et pour lui, une autre vie. Celle de secrétaire général d'un parti alors présidé par Joëlle Milquet. Avec Alain Raviart, Eric Poncin, François-Xavier Blampain, Celine Fremault et quelques autres petits jeunes, Lutgen fait partie de la garde rapprochée. Ils secouent le vieux PSC, le transforment en CDH, partent à l'assaut de Bruxelles, s'ouvrent aux communautés comme on dit, et pensent avoir enrayer la lente érosion des partis sociaux-chrétiens. Le groupe est pourtant moins soudé qu'il n'y paraît. Lutgen retourne vers la province du Luxembourg et s'éloigne de Bruxelles. Les liens se distendent, chacun son parcours et  ses priorités. La rivalité remplace l'amitié. En 2004 Benoit devient ministre de l'environnement et de l'agriculture. Il a 34 ans, il est à la fois proche de Joëlle Milquet et son principal concurrent. Il l'admirait, elle finira par l'agacer. En 2009 ils se présentent en ticket à la présidence, passage de témoin en douceur, il durera deux ans, mais passage de témoin quand même, et contrairement aux apparences Joëlle n'a pas eu le choix. 2012, Lutgen est confortablement élu bourgmestre de Bastogne. Sa reconversion est assurée, la présidence du parti peut désormais lui échapper. Une génération chasse l'autre, Maxime Prévôt se prépare à son tour. Voilà pour le parcours. 

Depuis 2011 Benoit Lutgen assume donc la présidence. Avec son style. Pas fan des médias, même si la TV ne le dessert pas. Pas dans la séduction, ni avec l'opinion, ni avec les autres formations. Pas vraiment dans l'émotion. Pas dans l'accumulation de propositions. Pas dans l'hypertechnicité. Un anti-Joëlle en quelque sorte. Elle avait tressé un axe fort avec Elio Di Rupo. Question de programme et de personnes. Lui est plus à droite et plus wallon. Il n'ose pas dénoncer  l'héritage, mais ne l'endosse pas vraiment non plus. Pourtant en 2014 il renouvelle le bail avec les socialistes. Majorités régionales à Bruxelles et en Wallonie. Le MR  pris de vitesse dans les régions, se précipite dans les bras de la NVA au fédéral et le CDH refuse d'en être. Question de principe : pas de négociation avec un parti separatiste. Sur les plateaux de télévision le président du CDH attaque violemment son homologue du MR, l'accusant de mensonge. Ne pas trahir les engagements faits devant l'électeur. Lutgen en fait une question de morale politique. Il a trouvé son positionnement. La politique, oui, mais avec des principes. Ce sera désormais sa ligne de conduite et sa marque de fabrique. 

Nous sommes trois ans plus tard. Benoit Lutgen annonce donc qu'il ne veut plus gouverner avec les socialistes. L'accumulation des affaires a eu raison de l'alliance rouge-romaine. Le samu social "c'est dégoûtant" dit-il sur le plateau de la RTBF. Le terme, à la limite du populisme, est un clin d'œil à l'électeur en colère. Et le président humaniste de tendre la main à ceux qui veulent se passer du PS. Au MR on savoure. Menteurs en 2014, sauveurs  en 2017. Toujours au nom des principes. Par deux fois Benoit Lutgen a donc pris les commentateurs et ses potentiels partenaires  à contre-pied. Parce qu'en politique on raisonne d'abord par intérêt, le nombre de ministres, le rapport de force, les alliances, les retombées... alors que Lutgen a mis un principe moral dans l'équation, défiant la logique de notre petit monde. Le bon sens luxembourgeois contre les calculs des instituts d'études. Quitte à paraître versatile et même un brin casse-cou : le changement de majorité n'est pas gagné d'avance. 

Ca c'est pour les apparences. Car en réalité ce retournement de situation est bien plus censé qu'il n'y paraît. L'accumulation des révélations a terni durablement l'image du PS. La contre-attaque d'Elio Di Rupo sur le decumul alors que le problème est celui d'élus qui s'enrichissent à des fins personnelles était une tentative de diversion maladroite. S'en dissocier ne fera pas de tort au CDH. Surtout Lutgen a sans doute compris mieux que d'autres à quel point la crise est profonde et  la distance entre les citoyens et leurs représentants  plus proche de l'abîme que du fossé. Il a observé le score d'Emmanuel Macron et de ses candidats à la présidentielle et aux législatives françaises. Il a compris que nous étions à la veille d'un séisme comparable en Belgique francophone. Il y avait une place à prendre, en rupture avec les partis traditionnels.  La fondation "Ceci n'est pas une crise ", l'une ou l'autre personnalité, des jeunes ou des anciens, peu importe... le "degagisme", cette volonté de chasser les tenants de l'ordre actuel allait se manifester au centre, comme elle se manifeste déjà à gauche avec le PTB. En provoquant le Big Bang Benoit Lutgen se donne une chance de sauver son parti. Ne rien faire était se condamner à couler lentement mais sûrement. En se repositonnant  vers la droite il opère un glissement qui évite de laisser trop d'espace à une initiative du type "En Marche". Dans cette course d'occupation de terrain il fallait tirer le premier. Lutgen l'a fait. Si vous aviez oublié que les élections communales ont lieu dans 15 mois les partis, eux, ne l'oublient pas. Un coup d'éclat avant les vacances d'été est le meilleur moyen d'imprégner l'opinion. Le CDH opère un descotchage tonitruant et piège Défi et Ecolo : celui qui refusera de négocier apparaîtra comme l'allié des socialistes et héritera du sparadrap. L'opération, si elle réussit, sera systémique. Il y a un an encore le MR semblait isolé, condamné à l'opposition faute de partenaire. C'est désormais le PS qui se trouve dans la position de l'indésirable.

Provoquer l'événement avant qu'il ne vous bouscule est donc une autre clef de lecture de la personnalité de Benoit Lutgen. Prendre des risques, agir, sans avoir nécessairement pesé toutes les conséquences du geste posé. Le chemin vers une nouvelle majorité peut sembler étroit, la pulsion paraître suicidaire. Si il échoue à former de nouveaux gouvernements, Lutgen sera celui qui a débranché la prise. Jamais bon pour les élections. À première vue cela semble d'ailleurs loin d'être gagné. Les propos sont agressifs. Défi, par la voix de Didier Gosuin veut renvoyer "les partis traditionnels" à leur turpitudes, CDH compris. Ecolo s'indigne d'une crise sans préavis et d'un renversement d'alliance qui n'aurait pas de sens. Seul le MR accepte ouvertement la main tendue. Tout le monde ou presque tape sur le président du CDH. Cela aussi ce ne sont que des apparences. Sans doute que certains présidents de parti ont été pris par surprise, et qu'il y a un peu de colère dans ces premières réactions. Mais, il y a de la tactique aussi. Il ne faut pas laisser Lutgen trop profiter de son opération. Pas qu'il apparaisse comme celui qui va moraliser la vie politique. Pas laisser croire que l'opération est gagnée d'avance. C'est un classique de la formation des coalitions. Ne pas donner l'impression qu'on rêve d'en être est le meilleur moyen d'aborder une négociation. En politique, un principe peut en cacher un autre








10 juin 2017

La rivalité Mayeur-Close, quand c'est Laurel qui maltraite Hardy

Retour de balancier, revanche, retournement de situation : les expressions ne manquent pas.  En succédant à Yvan Mayeur au poste de bourgmestre de Bruxelles Philippe Close s'assied dans un fauteuil dont on pensait il y a quelques semaines encore qu'il lui échapperait à tout jamais. Ce n'était pourtant pas faute d'avoir essayé de le briguer. 

Retour en arrière. Pour comprendre ce qui vient de se jouer en quelques soirées il faut remonter à l'élection de Freddy Thielemans. Nous sommes en octobre 2000, la campagne des communales est tendue. François-Xavier De Donnéa, le bourgmestre libéral sortant incarne une certaine idée de la capitale du royaume : ordre, distinction, prestige. En face les socialistes mènent campagne sur le thème d'une ville moins guindée, où le vivre ensemble et le sens de la fête trouveraient droit de cité. L'une des polémiques de la campagne oppose le bourgmestre à Carl De Moncharline, propriétaire de boîte de nuit, qui figure sur la liste socialiste, au sujet des autorisations et horaires d'ouverture de son établissement. Refaire de Bruxelles une ville festive, est un mot d'ordre électoral et  reste jusqu'à aujourd'hui le credo de Philippe Close. 

Au lendemain de la victoire de Thielemans c'est la répartition des rôles dans les camp socialiste. Yvan Mayeur, assistant social qui aime rappeler qu'il est né dans les Marolles garde la présidence du CPAS qu'il occupe depuis 1995. Depuis 1999, il cumule même avec un poste de député fédéral, ce qui lui offre une double exposition locale et nationale. Une surface qui en fait le numéro 1 socialiste de fait  tant que le maiorat est dans d'autres mains. Freddy Thielemans, qui après un bref intérim a l'hôtel de ville lors de la démission de Michel Demaret (PSC, emporté par un scandale, il n'y a donc rien de neuf sous le soleil bruxellois pour ceux qui ont un certain âge et un peu de mémoire)  s'était replié au parlement européen a donc besoin d'une équipe solide pour faire contre-poids. Le nouveau bourgmestre, qui fut échevin des beaux-arts et de l'instruction publique, est connu pour son goût des langues et de la bande dessinée (érotique de préférence), sa gouaille et sa bonhommie. Même s'il se révélera ensuite très à l'écoute des forces de police, il lui faut un adjoint qui travaillera dur et gérera l'essentiel, en toute confiance : ce sera Philippe Close. Celui-ci vient de faire un remplacement au service communication du boulevard de l'Empereur, Elio Di Rupo croit en lui. 

La rivalité Close-Mayeur devient rapidement visible. Depuis le CPAS Yvan Mayeur tisse sa toile. Le centre d'aide sociale ne se contente pas de distribuer des allocations, il a sa propre politique. Le CPAS, une fois ses finances redressées (c'est à mettre à l'actif d'Yvan Mayeur) est ainsi en  mesure de contruire des logements et de participer à l'aménagement  la ville  par une ambitieuse politique de rénovations (c'est le premier propriétaire foncier de la capitale avec des biens dans l'ensemble de la région) ou encore d'agir dans le domaine de la santé par le biais de l'Hopital Saint-Pierre qui dépend de lui. Rendre service, aider, proposer des logements et des emplois, c'est dans l'ADN d'un président de CPAS. Le faire en fumant le cigare et en portant des costumes chics mais décontractés est dans celui d'Yvan Mayeur. Travailleur, visionnaire, mais aussi solitaire et un poil dogmatique le jeune homme plait à Laurette Onkelinx, qui le soutient  sans réserve.

À la ville Close applique le programme festif. En 2002 il lance Bruxelles-les-Bains. Viendront ensuite Plaisirs d'Hiver, la fête de la BD, le Brussel Summer Festival. Le succès populaire est au rendez-vous. À la réélection de Thielemans en 2006 l'ancien chef de cabinet entre dans la lumière en prenant le costume d'Echevin du Tourisme, l'occasion de communiquer à chacun des événements qu'il organise. Close est le dauphin désigné de Thielemans, les deux hommes ne s'en cachent pas. Chaque coupure de ruban, chaque bilan d'un grand événement est une occasion de populariser son image et son savoir-faire. 

À la raideur de Mayeur s'oppose la jovialité du tandem de l'Hotel de Ville. Close-Thielemans, mêmes rondeurs, même combat. L'échevin en rajoute même un peu pour ressembler à son aîné, imposant sa silhouette au Meyboom et dans les confréries bruxelloises. Mayeur cultive une image plus intello, criant à qui veut l'entendre qu'il rêve d'une statue d'Anish Kapoor sur son piétonnier. Au premier le bruxelles historique et populaire, au second les bobos nouvelle génération.  Ni l'un ni l'autre ne sont tout à fait  ce qu'ils prétendent être. On a plus souvent vu Yvan Mayeur aux grands concerts pop qu'à la Monnaie, et Philippe Close achète plus de disques de rock, tendance guitares saturées, que d'albums du Grand Jojo (il joue également au rugby, qui, sous les latitudes bruxelloises, n'est pas vraiment un sport populaire). 

Ce second mandat de Freddy Thielemans est celui où tout se joue.  Lors de la campagne de 2012 on sait bien que le bourgmestre socialiste ne terminera pas son troisième mandat. En 2008 Yvan Mayeur a vu s'évanouir ses rêves de devenir ministre fédéral, toute son énergie sera dorénavant pour le niveau local. Puisqu' Elio le boude il se rapproche encore davantage de Laurette. Celle-ci est désormais présidente de la fédération bruxelloise. Avec son soutien il  veille à bien contrôler la section locale. Di Rupo se désintéresse de la question, Close est dépassé. Mayeur devient le successeur officiel. L'échevin du tourisme avait pensé à soigner son image dans l'opinion, le président du CPAS l'a surpassé dans la maîtrise de l'appareil partisan. 
Juin 2012 la section locale entérine la liste : Thielemans, Hariche, Mayeur. Close relégué en 5ieme place a perdu la partie. Un temps son nom circule pour prendre la ministre-présidence Bruxelloise, mais une interview calamiteuse au Soir donné par le tandem (histoire de paraître unis et de médiatiquement enterrer la hache de guerre)  ruine ses dernières chances lorsqu'il s'exclame "nous ne sommes pas le hainaut", s'attirant les foudres des camarades wallons (Close est pourtant d'origine liégeoise). Ce sera Rudi Vervoort pour succéder à Charles Picqué. À la Ville comme à la Région Close n'est pas le premier choix d'Onkelinx. 

Au lendemain des communales le PS bruxellois change de partenaire et opte pour une coalition laïque avec les libéraux. Joëlle Milquet, renvoyée dans l'opposition fulmine.  Apres le scrutin Thielemans fait un peu traîner les choses, Mayeur s'impatiente mais fini par accéder au maiorat fin 2013. Fidèle à son tempérament il s'empare de la majorité en style bulldozer. Piétonnier, stade national, parkings ou autre, les grands dossiers seront désormais gérés par le duo Mayeur-Courtois. Philippe Close et Karine Lalieux, priés de se contenter d'un second rôle. 

Mayeur triomphant, Close grimaçant. En privé les deux hommes ne font pas mystère de leur inimitié. Yvan Mayeur voit la main de Philippe Close derrière les articles qui l'accusent d'autoritarisme. Les journalistes n'ont pourtant pas besoin d'un informateur pour se documenter, il leur suffit d'observer. En 2016, soit moins de 4 ans après son arrivée à l'hôtel de ville, Mayeur a mis la main sur la rémunératrice présidence de Vivaqua, sur celle de la  coupole qui regroupe les hôpitaux publics bruxellois, et surtout, humiliation suprême, sur celle de Bruxelles Major Évent, le bureau qui chapeaute les grands événements. Bruxelles les Bains, Plaisirs d'Hiver, tous les bébés de Close sont désormais sous son autorité. Rita Glineur, sa chef de cabinet est devenue présidente de la locale. Mayeur étend son influence, celle de Close se raccrapaute. Et si les deux élus nous font penser à Laurel et Hardy, la dynamique du duo bruxellois est inversée. Dans le couple  comique de la fin du cinéma muet et des débuts du parlant, le gros humiliait le petit dont la souffrance déformait un visage grimaçant. À l'hôtel de ville c'est le plus sec qui avait fini par dicter sa loi au plus enrobé. Lequel prenait petit à petit la fuite vers la musique pour oublier la politique. Jusqu'à la semaine dernière. 

04 juin 2017

Mårten Spånberg : la danse condamne la routine et l'ennui

À gauche, sur une table basse, d'immenses bougies à moitié consumées. Sur le sol, des tasses de cafés renversées. À leurs fonds brunâtres on devine qu'elles ont été consommées. Sur le côté une fenêtre donnant sur la forêt. C'est le décor de "Gerard Richter, une pièce pour le théâtre" , pièce chorégraphique montée par Mårten Spånberg au KVS pour le Kunsten Festival des Arts. Les gradins sont éclairés, ils le resteront tout au long des 2h40 que dure le spectacle.  

Les danseurs traversent lentement l'espace. Les pas sont lents, les visages fermés. Deux personnages assis commencent un dialogue. On y parle de mort. De maladie, de sexe, de rapports parents-enfants, de rencontre et surtout  de culpabilité. C'est un texte par bribes, sans cesse répétés. Quand deux danseurs se taisent, deux autres, quelques minutes plus tard, reprennent la conversation. On décale d'une phrase ou deux, on change les interprètes, un homme, une femme, deux hommes, deux femmes, mais ce sont les mêmes propos, toujours, qui reviennent. L'interprétation est neutre, sans intonation, sans éclat de voix. Derrière les danseurs esquissent des mouvements, la musique perce du fond de la scène, mais toujours la parole reprend le dessus et accapare notre attention. Comme une discussion dont on saisit bien qu'elle évoque des faits graves mais qu'une répétition abusive précipite dans la banalité. À force d'entendre les mêmes phrases en boucle, le drame relaté n'a plus d'odeur. Pire, il finit par nous irriter au lieu de nous émouvoir. 

Les danseurs ont la quarantaine, hommes et femmes. Ils portent des costumes de loisirs, vêtements de sports et chemises colorées  d'une classe moyenne en quête de loisirs et de soleil. Comme si la gaité  de l'habit pouvait soulager de la grisaille de nos existences qui tournent en boucle. 

Mårten Spånberg est un chorégraphe exigeant. L'an dernier son "Natten", également présenté au festival, durait 7 heures. À l'évidence il n'aime pas faire court. Il devrait, pourtant. Après une heure de spectacle les premiers spectateurs quittent la salle. C'est vrai que le propos aurait pu être ramassé. La lecture resserrée, même si on comprend bien l'intention : cette répétition inlassable nous fait glisser vers l'ennui, puis vers l'indifférence. Le deuil c'est l'oubli nous explique la pièce,  ou plus exactement "vivre avec mais sans affects". Mais la danse n'est pas le théâtre, et les danseurs ne sont pas comédiens. 

Quand aux deux tiers du spectacle les narrateurs se taisent et redeviennent danseurs, le tableau est pourtant  de  toute beauté. Mouvements collectifs fluides, postures gracieuses. Les paumes ouvertes, ou le poing tendu, les bras s'ébrouent en vagues successives, les corps écrivent des arabesques, les gestes inspirés de la vie quotidienne sont sublimés. Le chorégraphe et ses danseurs offrent un moment de pure beauté. Les mouvements deviennent plus amples, le rythme plus rapide, la synchronisation impeccable. Le moment de grâce ne dure pas. La recitation reprend, les gestes redeviennent lents, la musique reste lointaine. Comme nos vies qui s'écoulent si lentement, prisonnières d'une routine si répétitive, un quotidien immuable recommencé chaque jour, en chemin vers une mort toujours certaine. Des bougies qui brûlent lentement et ne peuvent que s'éteindre. Des tasses de cafés qu'on ne peut que vider. Une litanie  dont seule la danse nous  permettrait de sortir. 

01 mai 2017

Pourquoi Mélenchon ne donne pas de consigne, ou la tentation de l'abstention révolutionnaire

C'est la polémique de l'entre deux tours,
et plus qu'une incompréhension, la matérialisation, je crois,  d'un nouveau clivage politique pour les mois et les années à venir. Non, Jean-Luc Mélenchon (et d'autres) n'appellent pas à voter en faveur d'Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle. Oui, ils prennent le risque de favoriser indirectement Marine Le Pen de par leur position ambiguë. Une fois ce constat posé, essayons de comprendre ce qui se joue ici. 

Commençons par dépasser les anathèmes et les condamnations. Dans un pays démocratique le vote est libre et secret. En France (la situation est différente en Belgique où le vote est une obligation) voter ou pas relève  de la liberté individuelle. Toute injonction sera perçue comme une ingerence, à plus forte raison quand elle convoque la morale, l'histoire, ou les grands principes républicains. La peur, l'outrance, la passion ne sont pas de bonnes conseillères en la matière. Quand on estime l'électeur, on n' a pas le droit de jouer du pathos au lieu de s'adresser à son intelligence. 

L'heure est grave pourtant. Pour la seconde fois depuis la seconde guerre mondiale un parti qui compte en ses rangs quelques nostalgiques des années brunes est mathématiquement en position de remporter un scrutin majeur. Et pour les partisans de la démocratie l'équation est d'une simplicité absolue : pour lui barrer la route il suffit de voter pour l'autre candidat. Quand on ne veut pas du programme A on choisit le candidat B quitte à se boucher le nez, c'est de la pure logique électorale. 

Et tout le problème est là : dans la confiance que l'on accorde ou pas au système de démocratie representative. Cette élection confirme ce que de nombreuses études annoncent : l'électeur a la conscience d'un monde à bout de souffle, d'un système sociétal en mutation, où la capacité des institutions politiques à prendre les choses en main semble fortement effritée. Au traditionnel clivage gauche/droite (conservateurs/progressistes) s'ajoutent deux clefs de lectures qui échappent aux analystes de l'ancien monde : ceux qui pensent global et veulent un monde ouvert / ceux qui défendent le monde qui leur est proche et veulent des protections , ceux qui s'accommodent de la société  actuelle ou n'osent en sortir / ceux qui appellent à un changement radical. En appliquant ces nouvelles clefs de lectures on comprend aisément qu'une partie significative des électorats de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen partagent les mêmes aspirations : accélérer le changement, renvoyer les élites responsables du marasme actuel à leurs études  et quitter le XXe siècle au plus vite. 

Cette opposition  entre tenants de la stabilité et  partisans d'un changement radical s'exprimera  donc  par l'abstention ou le vote blanc. Et Jean-Luc Mélenchon qui incarne l'espoir d'une rupture forte (son slogan la France insoumise le dit très clairement) ne veut pas perdre un électorat qui lui est cher : celui des jeunes gens, primo-votants souvent, qui appellent de leurs vœux une société nouvelle, ou celui d'ouvriers, employés, cadres moyens ou fonctionnaires déboussolés qui attendent du politique qu'il fasse rempart contre les risques de dérégulation et délocalisation. Pour ces électeurs, le problème  numéro 1 c'est que la finance dirige le monde, et impose ses dogmes à l'organisation sociale , environnementale  ou politique de nos sociétés. Il  ne leur est  pas possible de soutenir un candidat, qui à l'évidence ne s'opposera pas au système capitaliste. Pire : le Front National quand il s'oppose à l'Europe libérale ou à la mondialisation de l'économie et promet de protéger l'emploi national est finalement bien plus proche de leurs préoccupations que les partisans de l'économie de marché. 

Que Jean-Luc Mélenchon ou ses partisans s'époumonent à répéter "pas une voix pour le Front National" le laisse entendre (au sens propre)   : cette pulsion romantique de la nation qui se lève contre l'ordre mondial injuste existe dans les rangs de ses supporters.  Je ne fais pas injure aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon. S'ils partagent avec ceux du FN un rejet du monde actuel et de ses injustices les solutions préconisées sont évidement aux antipodes. Une partie d'entre eux votera pourtant pour Marine Le Pen car ce clivage stabilité / changement est pour eux plus fort que le clivage gauche/droite et que la séparation démocrate / liberticide ne leur semble pas avoir de sens. 

Pour un démocrate traditionnel, la position ambiguë de Mélenchon fait donc le jeu du Front. On ne peut pas jouer au Ponce-Pilate électoral face au danger de l'extrême droite et le leader de  la France Insoumise  manque de courage ou de hauteur de vue par calcul électoral. Mettre les candidats de la finance et du facisme (on caricature dans les deux cas, mais à peine) sur le même pied est un raisonnement vicieux.  Le programme du FN ne promet pas beaucoup plus de protection sociale que celui de la France en Marche, il ne garantit pas de partage des richesses plus équitable, et surtout il ajoute à l'injustice sociale maintenue, la promesse  d'une société plus violente,  la régression des libertés collectives et la perte de droits individuels pour de nombreux citoyens  au prétexte qu'ils sont homosexuels, fils ou filles d'étrangers, chômeurs, francs-maçons, etc. Jean-Luc Mélenchon qui porte régulièrement le triangle rouge des antifascistes le sait mieux que quiquonque. Ce triangle rouge est apparu dans les camps de concentration. 

À l'inverse, pour  les partisans de l'abstention ce refus de choisir est l'expression d'une défiance face à un système incapable de se réformer de l'intérieur. C'est une démarche révolutionnaire au sens plein et entier du terme : évitons de nous compromettre et ne soutenons pas l'insoutenable. Si les urnes ne nous donnent pas satisfaction, allons chercher cette satisfaction en dehors de la démocratie représentative. Les manifestations, les actions syndicales, les initiatives citoyennes sont autant de voies possibles. S'abstenir est l'expression d'une nouvelle radicalité, une attitude anti-système, et peu importe les conséquences de ce choix quand on estime que les politiques sont par avance corrompus ou soumis aux grandes entreprises qu'elles soient françaises ou étrangères. En France, en Belgique, ou ailleurs ces nouvelles démarches explosent, elles sont l'expression d'une volonté de changer les choses sans emprunter la voie électorale. 

En ne soutenant pas Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélanchon et d'autres renouent ainsi avec une tradition révolutionnaire qui ne passent par les urnes qu'à intervalles réguliers. L'engagment démocratique, mais avec des limites. Intellectuellement la position est défendable. Pragmatiquement elle pose question. 

En France, tant que nous sommes sous la Ve République, le Président de la République nomme le chef de gouvernement et pèse ainsi sur les grandes orientations politiques par ministres interposés, il est également  le chef des armées et de la diplomatie, ses domaines réservés, mais toute "réforme du système"  reste dépendante  d'une majorité législative. C'est l'assemblée nationale qui définira in fine la politique économique, sociale, fiscale... Quelque soit le résultat de la présidentielle aucun parti ne peut prétendre aujourd'hui connaître la composition de la future assemblée. Au contraire même,  si Emmanuel Macron l'emportait à la présidence, il n'est pas certain de pouvoir disposer d'une majorité avec son mouvement En Marche (qui n'est à ce stade dans beaucoup de circonscriptions qu'un Modem amélioré). À l'inverse le PS, solidement implanté par endroit, pourrait  réaliser un score significativement supérieur à celui de Benoit Hamon. Les Républicains ne disparaîtront pas non plus. On serait donc gré aux journalistes chargés des débats de l'entre deux tours de bien faire préciser aux candidats encore en lice quels sont leurs alliés potentiels à l'assemblée, cela éclairera le débat.

Pour réformer durablement la société et peser sur  le gouvernement à venir les partis politiques, sauf à privilégier une démarche révolutionnaire, devraient donc se concentrer sur l'enjeu des législatives. Se jeter à corps perdu sur le seul premier tour de la présidentielle, et se désintéresser des scrutins suivants, manque singulièrement de cohérence. C'est finalement jouer le jeu de l'hyperpresidentialisation que l'on dénonce. Reste cette idée prégnante (et inconfortable  pour l'auteur de ce blog)  : pour beaucoup de citoyens de 2017 et certains de leurs représentants, les urnes ne représentent plus grand chose.